Road-Trip, les Citroën en route vers la Croatie

13 Juni 2020 - News d’Anciennes

Road-Trip, les Citroën en route vers la Croatie

C’est l’été dernier que Valentin (l’un des fondateurs de Meca Place dont on parlait ici) a entrepris ce road-trip pour se rendre à la réunion Mondiale 2CV. Plusieurs pays, des anciennes, de belles routes, que demander de plus ?

La Mondiale 2CV est l'un des plus gros rassemblements de Citroën anciennes. Tous les deux ans le pays hôte change et devient le lieu de convergence de milliers de bicylindres (2CV, Dyane, Ami 6/8,... ). Bien que ne possédant pas de bicylindres, nous avons décidé avec Thomas (qui n'a ni un bicylindre ni une GS, honte à lui) de nous joindre avec ma Citroën GSA au convoi organisé par la Team BrokenSport ! C'est une superbe occasion de découvrir de nouveaux pays à travers la passion automobile.

27 Juillet : Arrivée à Troyes des Bretons
L'aventure commence le 27 Juillet. Des amis bretons de l'équipe BrokenSport débarquent à Troyes pour leur premier arrêt. Ça permet à certains d'ajuster les derniers préparatifs (comme changer un amortisseur, ça se fait bien sur une Ami 8 dans un coin de parking). Après un premier repas tous ensemble, une bonne nuit et dernière nuit confortable s'offre à nous.

28 Juillet : Départ de Troyes
Tout le monde est prêt à partir le lendemain. D'abord, direction la Marne pour récupérer le convoi puis l'Allemagne.

Le lendemain matin, on charge les charrettes et nous partons dans un premier petit essaim de 4 voitures direction la Marne pour récupérer le reste du convoi ! Une fois tout le monde près, c'est un défilé de quasi 20 voitures qui s'organise sur les petites routes françaises direction la Croatie ! Nous faisons une première halte sur un parking de supérette, l'occasion de pique-niquer et de faire l'appoint d'essence.

L'autoroute prise, nous roulons mais sans savoir pour autant jusqu'où nous irons. L'itinéraire est à peu près tracé pourtant : Allemagne, Autriche, Slovénie pour enfin arriver en Croatie, soit un peu plus de 1400kms. Le passage sur l'Autobahn sera sûrement le plus épique : il faut quand même imaginer, au milieu de grosses berlines allemandes, de semis-remorques ou de tout autres véhicules lancés à vive allure, un groupement de 20 petites Citroën qui se suivent tant bien que mal en file indienne !

Mais on a pas toujours rigolé ! Quand une sortie d'échappement s'est décrochée d'une Dyane, tout le monde s'est fait peur mais heureusement personne n'a roulé dessus ! Autre point stressant, le convoi comportait une sublime DS break dont le pivot de direction s'est dégradé fortement en peu de temps. On a roulé longtemps avec la peur d'une casse... La Team BKS aura cependant œuvré pour réduire les risques du mieux qu'ils puissent allant même jusqu'à consolider le pivot avec du fil de fer. Réparation précaire mais qui aura tenu jusqu'en Croatie permettant à David de réparer sur place grâce à l'aide un chaleureux Citroënniste Croate !

Au milieu de ces péripéties on a tout de même trouvé un camping un peu avant Munich, à Augsbourg. De quoi couper le voyage en deux. L'arrivée au camping sera tardive et sous la pluie. Nous faisons alors le choix contrairement au reste du groupe de ne pas déplier la tente, trop longue à monter et qui mettra trop de temps à sécher. La GSA s'est alors improvisée en cabine avec couchettes. Les sièges avant peuvent s'incliner jusqu'à la banquette arrière et malgré l'absence d'appuis tête sur une Club, ils offrent une position suffisamment confortable pour dormir. C'est donc secs et bercés par le grésillement de l'horloge du compteur, que nous nous sommes endormis.

29 Juillet : Départ d'Augsbourg, direction la Croatie
Après une courte nuit et une douche rapide, nous remballons et repartons. Il reste de la route ! Avant cela, nous essayons de trouver un centre auto pour acheter du nettoyant freins et de l'huile pour quelques voitures. Les pauses sont fréquentes, les bicylindres ont une petite vessie ! Néanmoins, les stations-services allemandes proposent quelque chose de sympathique : le Sans Plomb 102. Autant dire qu'avec ça, tous les bicylindres carburaient et j'ai jamais aussi peu consommé : 5,6l/100kms !

La veille d'ailleurs l'embrayage commençait à cirer sur la GSA dans les montées de l'Autobahn, mais après avoir pulvérisé un peu de nettoyant freins dessus, l'accroche est parfaitement revenue, ouf ! L'une des pauses nous aura aussi permis d'être témoin d'une magnifique scène : une BMW banalisée de la police allemande a serré une autre BMW diesel faisant un vilain bruit de bielle (hum) avec embarquée à son bord 4 types visiblement pas nets qui finiront leur balade en compagnie de la Polizei.

Acquittés de nos vignettes pour parcourir l'Autriche et la Slovénie, nous poursuivons notre périple en traversant de part en part ces deux pays. L'approche de Novo Mesto, ville Slovène, est relativement insupportable. C'est là-bas que les Twingo (et les Smart Fortwo aussi) sortent des chaînes de production et on croise un camion chargé de Twingo toutes les 3 mins... enfer...

Une fois cette étape passée, nous nous retrouvons enfin en Croatie. Là-bas Lidl est légion et les produits sont moins cher qu'ici ! Nous en profitons donc pour acheter quelques articles de première nécessité pour les apéros à venir. Plus on s'approche de Samobor, la ville hôte, plus on croise des 2Cv ou dérivés, de quoi rappeler l'ambiance du centenaire deux semaines plus tôt !

En ville le chemin est fléché et des bénévoles aident les véhicules à s'orienter correctement. Il faut dire, deux champs ont été réquisitionnés pour faire office de camping ! Après avoir trouvé l'entrée, nous récupérons notre sac de bienvenue et nous filons avec tout le groupe installer notre « campement » dans un coin du deuxième champ. Les gens sont heureux, les 2Cv tournent de partout, ça sent bon l'essence, il fait beau : on est pas loin de la définition du bonheur ! La journée aura été tout de même bien épuisante, une fois la tente installée il n'aura pas été compliqué de rejoindre Morphée.

30 Juillet : Repos !
Journée de repos pour le 30 Juillet, on finit tranquillement de s'installer et on découvre progressivement le campement ainsi que la ville. C'est l'occasion de voir des véhicules spéciaux et peu communs comme une Ami 6 combinée à une Acadiane.

Le camping est grand et l'avantage de l'esprit Deuchiste est la grande liberté de personnalisation. Tous les bicylindres sont différents, chaque propriétaire aura vraiment apporté sa touche personnelle à son bijou. Une bourse aux pièce est bien évidemment en place, on retrouve des acteurs majeurs du monde de la 2Cv comme Burton.

À côté un grand chapiteau abrite la buvette et l'espace concert : chaque soir un groupe de musique se produira pour assurer une animation tout au long de la semaine. Ce ne sont pas forcément des groupes connus mais cela ne les empêche pas d'être au rendez-vous.

Dans un coin du village, on retrouve une tente sous laquelle étaient disposés des Citroën à la vente. Enfin, bien que ces véhicules ressemblaient comme deux gouttes d'eau à des Citroën, ça n'en était pas vraiment. En effet, à l'époque de la Yougouslavie (et plus précisément en Slovénie actuelle), Citroën avait conclu un partenariat avec Tomos, une entreprise de cyclomoteurs, pour l'assemblage et la vente de Citroën sur le sol Yougoslave. Ainsi, par contraction, Citroën et Tomos créèrent Cimos. Cimos recevait en kit les Citroën et devait les assembler afin de les vendre, c'est ainsi que des DS, GS, Dyane ou encore Ami 8 furent distribuées sous une autre appellation que Citroën.

31 Juillet : Baignade dans l'Adriatique
Le 31 Juillet nous sommes partis tous ensemble en direction de l'Adriatique histoire, quand même, de voir la mer. Le trajet aura été un peu longuet et j'avoue qu'a l'arrivée le paysage était quelque peu déroutant, la côte enchaînait les criques propices aux baignades et les amarrages de navires style porte-conteneurs ou pétroliers. De quoi douter de la pureté de l'eau lors de la baignade... Après un rafraîchissement en terrasse, l'heure était venue de se mouiller un peu ! La baignade aura été la bienvenue pour mieux supporter la chaleur de l'été.

Le soleil commence à se coucher, l'heure maintenant pour nous de rentrer. Nous clôturons notre journée en se laissant tenter assez facilement par un fast food tardif, faudrait pas perdre les bonnes habitudes !

1er Août : Balade dans les hauteurs de Samobor et passage à Zagreb
Le 1er Août nous sommes partis en petit comité dans les hauteurs de Samobor, les petites routes pour s'engouffrer dans ces coins un peu plus reculés sont sinueuses et pentues mais nous plongent au milieu d'une nature verdoyante et proliférante. Le couple moteur deux fois plus élevé de la GSA vis-à-vis des bicylindres nous facilite en tout cas bien la tâche lors des montées les plus ardues. Nous trouvons une clairière pour pique-niquer et ensuite admirer la vue depuis le Tecpec ! C'est une petite tour métallique surplombant la forêt et offrant un panorama impressionnant.

En milieu de journée, passage par le complexe universitaire et sportif de Zagreb (un immense parc formé autour d'un lac) construit dans les années 80 afin d'accueillir les Jeux mondiaux universitaires. L'entrée est payante mais le coût est dérisoire, ça ne représente même pas 1€ par voiture. Sur place il y a de quoi se poser tranquillement sur un carré d'herbe, grignoter un petit encas, pique-niquer ou faire un barbecue, s'entraîner à différents sports ou tout simplement de quoi piquer une tête. La baignade y est en tout cas agréable et pour l'anecdote j'ai réussi à faire des ricochets avec un pavé sur ce lac. Oui oui c'est possible.

2 Août : Visite de Zagreb, musée et Cimetière
Pour ce 2 Août nous partons encore en balade en forêt le matin du côté de Samobor. Après avoir un peu tourné, trouvé un château plus ou moins en travaux et donc fermé au public, nous nous posons pour déjeuner.

Après manger nous nous séparons et avec Thomas nous nous dirigeons vers Zagreb pour visiter un peu le centre-ville alors que le temps se fait de plus en plus menaçant. Arrivé en ville, nous avons à peine le temps de garer la voiture devant l'entrée du musée qu'un bon gros orage éclate. Pas mécontent d'être arrivé à temps, nous entamons la visite du musée destiné à l'évolution de la ville de Zagreb. Contenu très instructif sur la formation de Zagreb qui est finalement née suite à la rivalité de plusieurs villages. Au passage je reçois une photo d'un PV glissé sous l'essuie-glace de ma voiture. Ouais, si les Croates n'ont pas d'horodateurs c'est pas parce que c'est gratuit mais parce que là-bas faut payer par SMS. « Oups ! »

Après s'être un peu baladé en centre-ville, nous nous retrouvons avec Pierre-Yves, Bruno et leurs moitiés au cimetière de Mirogoj. Lieu impressionnant par son envergure et la taille de ses édifices, notamment une muraille de plusieurs mètres de haut qui se dresse devant nous à l'entrée. Ce cimetière est immense et on sent le poids de l'histoire devant la grandeur des chapelles et la longueur des allées...

3 Août : Lacs de Plitvice
L'une des activités renommées de Croatie est à notre programme le 3 Août, il s'agit de la visite des lacs de Plitvice ! Cette réserve forestière regroupe des lacs reliés les uns aux autres par des cascades. Sous une météo radieuse nous avons pu arpenter ce magnifique parc ou une eau pure coule et où les paysages plus verts les uns que les autres, sont à couper le souffle. C'est un vrai bol d'air frais que nous nous sommes offerts ce jour-là.

Mais derrière ces vues idylliques il y a le revers de la médaille. Durant la centaine de kilomètres parcourus pour rejoindre ce parc, nous avons pu passer devant des maisons criblées d'impacts de balles, des maisons inachevées et abandonnées ou encore des engins militaires en ruine. Ces stigmates rappellent bien à n'importe quelle personne passant par-là que, à peine 30 ans en arrière, des guerres faisaient encore rage ici.

4 Août : La route du retour passe par Brescia
Dimanche 4 Août, il est déjà l'heure pour nous de plier bagage ! Le programme prévoyait un retour par le nord de l'Italie, une remontée de la route Napoléon et un arrêt au temple de la Citroën neuve, mais d'occasion, à Castellane. Avec Thomas nous nous mettons donc en route pour Brescia, notre ville étape.

Le trajet se passe bien, la route est agréable et le temps doux, nous arrivons en début de soirée à Brescia où Antonello nous attend ! Après une bonne Pizza (vive les clichés !) nous mangeons bien évidemment une super bonne glace ! C'est limite une religion en Italie, les glaciers sont ouverts tard dans la nuit et je vais pas m'en plaindre !

On profite un peu de la soirée pour découvrir un peu mieux Brescia, son histoire, ses superbes monuments aux styles architecturaux d'époques différentes, son château et ses aménagements,...

Mais derrière ces vues idylliques il y a le revers de la médaille. Durant la centaine de kilomètres parcourus pour rejoindre ce parc, nous avons pu passer devant des maisons criblées d'impacts de balles, des maisons inachevées et abandonnées ou encore des engins militaires en ruine. Ces stigmates rappellent bien à n'importe quelle personne passant par-là que, à peine 30 ans en arrière, des guerres faisaient encore rage ici.

4 Août : La route du retour passe par Brescia
Dimanche 4 Août, il est déjà l'heure pour nous de plier bagage ! Le programme prévoyait un retour par le nord de l'Italie, une remontée de la route Napoléon et un arrêt au temple de la Citroën neuve, mais d'occasion, à Castellane. Avec Thomas nous nous mettons donc en route pour Brescia, notre ville étape.

Le trajet se passe bien, la route est agréable et le temps doux, nous arrivons en début de soirée à Brescia où Antonello nous attend ! Après une bonne Pizza (vive les clichés !) nous mangeons bien évidemment une super bonne glace ! C'est limite une religion en Italie, les glaciers sont ouverts tard dans la nuit et je vais pas m'en plaindre !

On profite un peu de la soirée pour découvrir un peu mieux Brescia, son histoire, ses superbes monuments aux styles architecturaux d'époques différentes, son château et ses aménagements,...

Nous rejoignons ensuite notre hôtel. C'est fou comme le confort d'un bac à douche peut manquer après une semaine de camping où les douches contenaient plus de terre que de flotte et où la température de l'eau était plus que fraîche.

5 Août : Départ de Brescia et retour en France
Après une dernière glace à Brescia en guise de petit déjeuner nous nous remettons en route, prochaine étape Castellane ! Du Supertramp à fond dans la GSA, on remonte la côte dans un paysage de carte postale : Méditerranée d'un côté, falaises et plaines de l'autre et devant nous, une autoroute qui n'a d'autres choix que de se plier aux courbes de la nature.

On décide quand même de s'arrêter avant la frontière française pour déjeuner, nous nous posons donc à Arenzano (à côté de Gènes et en bord de mer). Nous marquons le coup, toujours les clichés, avec chacun un bon plat de pâtes ! Pour le dessert, ça sera évidemment une glace dégustée en bord de mer. Histoire de pas avoir faim trop tôt, on double la glace avec une granita. On est jamais trop prudent. On reprend donc notre chemin avec une superbe autoroute qui suit, au gré des courbes et des tunnels, le bord de mer.

Sous un soleil cuisant et toujours avec des musiques soigneusement choisies, on rejoint tranquillement la frontière française. À l'un de nos premiers péages français, la maréchaussée, en poste pour faire des contrôles, nous arrête. Chose drôle, ce sont des gendarmes dijonnais qui ont demandé à être là spécialement cette semaine, ils avaient eu vent de l'événement en Croatie et étaient heureux de voir remonter par dizaines des vieilles Citroën ! La GSA aura fait son effet, ce n'était pas l'auto la plus commune des voitures qu'ils voyaient passer !

Nous sortons de l'autoroute vers Grasse avec dans notre viseur la route Napoléon, sûrement l'une des plus belles routes que j'ai pu parcourir en France, et quel pied dans cette voiture ! D'ailleurs au bout de quelques dizaines de kilomètres, une BMW a fait son apparition dans le rétroviseur. Ça aura été l'occasion de lui montrer qui c'était Raoul ! Au bout de quelques virages pris à la limitation, on a vu l'e46 s'éloigner. Ça c'était fait ! Et dire que la GSA n'était pas chaussée en Michelin mais en Nankang... Ça aurait pu être plus méchant que ça dans les virages ! Et qu'est ce qu'ils gueulent les Nankang quand on les contraint de trop !

On avait réservé à une vingtaine de kilomètres de Castellane une chambre dans une auberge du petit village de Soleilhas (Auberge du Lou Jas). Nous avons fait confiance à la maîtresse de maison pour le dîner et nous avons bien fait : le repas aura été local, copieux et très bon !

6 Août : Castellane et Citromuseum
Le lendemain matin le petit déjeuner aura été du même tonneau. Repus, nous nous dirigeons à Castellane au Citromuseum. Lieu incontournable pour tout amateur de Citroën anciennes !

Henri, le propriétaire, possède une collection sublime de Citroën, des années 50 aux années 2000. La particularité étant que ces véhicules ont conservé un kilométrage très bas. C'est un vrai travail de fourmi pour dénicher ces merveilles de partout en France voir même en Europe ! Comme toujours, Henri est accueillant et n'hésite pas à agrémenter la visite d'anecdotes ou de détails précis sur les véhicules de son musée.

Après avoir passé la journée dans ce lieu unique, nous nous remettons en route pour l'Ain afin de faire une halte chez mes parents et changer de carrosse.

7 Août : Passage dans l'Ain et échange de voiture
Le 7 Août nous mettons au repos la GSA, bilan de l'opération, environ 3500 kms mangés en un peu plus de dix jours et ce, sans broncher. Dans un ronronnement fort agréable et un confort Citroën dont on ne vante plus les mérites, cette virée en Europe aura été un Road Trip des plus dépaysant et agréable ! Nous en profitons quand même pour passer la bête au-dessus de la fosse afin de contrôler un silent-bloc de triangle qui aura bien vécu, une petite fuite moteur et mon soufflet de cardan droit qui aura lubrifié le cardan et involontairement le passage de roue...

C'est maintenant au tour de son successeur au catalogue Citroën, la valeureuse BX, de finir le boulot. C'est sa première sortie depuis plus de 10 ans. Véhicule de famille, je l'avais récupérée au printemps 2018. La remise en route faite, il ne me manquait plus qu'une bonne occasion pour la faire rouler. Nous prenons le soin de changer les durites d'essence un peu sèches par précaution.

8 Août : Retour au bercail
Jeudi 8 c'est le retour à Troyes. Une averse sur l'autoroute aura tout de même perturbé le trajet... les cannelures de mon bras d'essuie-glace ayant lâché, nous nous sommes retrouvés pendant quelques minutes avec une vision très diminuée.

Après une petite pause nous avons pu repartir et finir sans encombre le voyage. La boucle est bouclée ! Deux semaines d'aventure automobile inoubliable ! Un grand merci à tous ceux qui auront participé à rendre cette expérience unique et géniale !