Nos Anciennes Abandonnées : une Simca 8 sur les traces d’un poète

10 Août 2020 - News d’Anciennes

Nos Anciennes Abandonnées : une Simca 8 sur les traces d’un poète

Ce mois-ci dans nos anciennes abandonnées on vous présente la trouvaille d’un de nos lecteurs. Jean-Jacques a découvert cette Simca 5 tout à fait par hasard.

Jean-Jacques vit dans le sud-ouest de la France. Pour aider une association picarde il est sollicité pour retrouver une maison. Pas n'importe laquelle, celle où le poète anglais Wilfried Owen a vécu dans les Hautes-Pyrénées. C'est dans cette maison qu'il a écrit son poème le plus connu, « Anthem for doomed Youth ».

Après quelques recherches, il trouve ce qui pourrait être la maison. Et en enquêtant aux alentours, auprès d'un bâtiment de ferme abandonné, il découvre cette Simca 8. Évidemment rien à voir avec le poète, temporellement plusieurs années sépare sa mort (en 1918) du début de la construction de l'auto (1938).

Néanmoins il prend quelques clichés de cette belle. Rappelons qu'elle est emblématique de ce qu'est Simca à l'époque : une antenne française de Fiat qui fabrique sous licence des autos construites à Turin. Cette Simca 8 n'est autre que la version française de la Fiat 508C aussi connue en Italie pour être la Ballila 1100.

Construite à Nanterre, elle continuera sa carrière après la seconde guerre mondiale. En 1949 elle reçoit une profonde refonte. La face avant est modifiée des pare-chocs à la calandre en passant par le capot. Celui accueille d'ailleurs un moteur 1221 cm³, d'origine Fiat. C'est le même moteur qui équipera l'auto qui remplace la Simca 8 en 1951. C'est la Simca 9 que l'on connaît mieux comme étant l'Aronde (et dont on parle ici).

Pour ce qui est de notre Simca du jour, la finesse de l'avant ne laisse peu de doutes, c'est une 8 à moteur 1100.