Vente Citroën : acheter une vieille voiture neuve

25 Novembre 2017 - Le Point

Le Conservatoire Citroën à Aulnay-sous-Vois méritera une visite le 9 décembre à Aulnay

Avant de déménager ses réserves, Citroën fait le tri en vendant le 10 décembre les doublons. Ce sera sur Internet, avec une exposition des modèles la veille à Aulnay.

Attention, occasion unique  ! Et pour cause puisque certains des lots de cette vente du Conservatoire Citroën relèvent du modèle unique, de la maquette de salon ou de l'élucubration d'ingénieurs de Citroën. À vrai dire, pas exactement des trésors qui dépouilleraient la marque aux chevrons de ses bijoux de famille, mais beaucoup de modèles relativement peu répandus pour lesquels les collectionneurs ou les nombreux amateurs de la marque auront un battement de cœur. Au moins.

En effet, il est quasi impossible de trouver sur le marché des voitures de cette époque dans cet état, et cela pour une raison simple, Citroën les a, à l'époque, mises de côté afin de témoigner dans le futur de ce que furent son histoire et l'intérêt de ses modèles. D'abord stockées quai de Javel à Paris, puis transférées dans le parking créé sous le jardin André-Citroën qui poussa sur les friches de l'usine parisienne, ces voitures échouèrent dans un hangar de l'usine d'Aulnay, aujourd'hui fermée. En trop grand nombre pour toutes rejoindre le site patrimonial de l'association L'Aventure Peugeot Citroën DS, il a fallu faire un choix et se débarrasser des voitures possédées en double, voire en triple. Une façon de ne pas les laisser croupir dans un hangar et de leur redonner vie entre les mains des amateurs.

Tout sur Internet

La vente aura lieu le dimanche 10 décembre, dès 14 heures et chacun pourra y participer, car, organisée sous le marteau du commissaire-priseur Damien Leclère de Leclère Motorcars, elle se déroulera exclusivement en direct sur Internet www.drouotlive.com ou par téléphone avec inscription préalable. Pas moins de 65 véhicules seront dispersés et, avec les objets d'Automobilia qui représentent 90 lots, ils seront tous « proposés à des prix très raisonnables et intégralement sans prix de réserve », selon la maison de vente. Pour les voir et les toucher, il suffira de se déplacer la veille, le samedi 9 décembre de 9 h 30 à 17 heures, où ils seront exposés dans les réserves du Conservatoire à Aulnay-sous-Bois.

Les 90 lots d'Automobilia sont estimés à partir de 50 euros. Parmi eux, des lots liés à la communication et à l'histoire de la marque (photos officielles, affiches, panneaux publicitaires, etc.), des lots provenant des usines de Levallois-Perret, du quai de Javel à Paris, d'Asnières, de Clichy et d'Aulnay (plaques murales en fonte, chariot de convoyage, vélos de liaison, etc.), des combinaisons des équipes Citroën Sport en Rallye-raid (celles d'Alain Ambrosino, Hubert Auriol, Jacky Ickx, Philippe Monet, Michel Périn et Timo Salonen) ainsi que des lots comme le buste d'André Citroën ou encore une édition collector de la BD Tintin et le Lotus bleu tirée en 1992, à 2 500 exemplaires à l'occasion du 60e anniversaire de la Croisière jaune.

Mais les morceaux de choix arriveront ensuite avec ces 65 véhicules sortis de dessous les housses et pour lesquels les compteurs kilométriques ont bien peu tourné. Dans un état proche du neuf, elles ont été lustrées par les équipes de Citroën qui les ont remises en route et ont vérifié que tout allait bien. Dans le cas contraire, les mécaniciens se sont employés à remettre les choses en état. Elles sont donc tournantes au moment de la vente, mais sans garantie pour la suite. Parmi les voitures attendues, les modèles « à histoire » se distinguent comme, parmi les 3 XM, 3 XM, le modèle V6 de 2000 ayant appartenu à la ville à Roger Hanin. Il ne s'agit pas du modèle vu dans la série Navarro qu'il étrenna dès le premier épisode en 1989, et cela jusqu'en 2001, mais bien de sa voiture personnelle.

Notre coup de cœur au Point ira à ces trois Méhari 4 x 4 de 1979 – des modèles rares, car produits à seulement 1 213 exemplaires – dont les capacités en tout-terrain étaient impressionnantes. Du fait de leur légèreté, elles passaient partout où les autres 4x 4 calaient. Mais il ne fallait pas leur en demander trop, car cela restait d'une conception légère. Deux d'entre elles sont estimées à 2 000-4 000 € et une à 6 000-10 000 €. Regardez bien le compteur kilométrique additionnel à la base du pare-brise, il cumulait les distances parcourues en 4 x 4. Il y aura aussi deux curiosités, des FAF « Facile à fabriquer, facile à financer » qui, inspirées de la Mehari, présentaient une carrosserie en tôle pliée, idéale pour les pays en voie de développement. Datés de 1980, ces modèles sont estimés à 1 500-3 500 €.

Pour supporter de l'OM

Plus récents, trois modèles uniques seront proposés : une Citroën C3 Picasso dotée de vitres filmées rouges pour les besoins du salon de Paris 2008, (estimée à 1 000-2 000 €), une DS 3 OM bleu et blanc aux couleurs de l'Olympique de Marseille (estimée à 10 000-15 000 €) et une Xsara Picasso El Bicho créée par le génial carrossier suisse Franco Sbarro, présentée en 2001 (estimée à 5 000-10 000 €).

Quelques voitures de compétition figurent aussi dans la liste, dont une très originale BX GTI « Course » de 1990 qui a participé au championnat d'Espagne de production (estimée à 10 000-15 000 €). Démunie de suspensions hydrauliques, elle avait préféré revenir aux ressorts mécaniques empruntés à… une 405. Il y a aussi le « showcar » officiel de la superbe Citroën C2 Super 1600, semblable à celle sur laquelle courait Sébastien Ogier en 2008, (estimée à 8 000-14 000 €).

Parmi les nombreux modèles, on signalera encore 7 « avant-guerre », dont une C4 Berline Carrosserie spéciale de 1929 saine et complète, à restaurer (estimée à 2 000-4 000 €). Le reste n'est pas moins intéressant, mais livré à une contemplation platonique, car il s'agit de maquettes de style, comme les 8 concept-cars réalisés par les élèves de l'école de design de Franco Sbarro ou les 14 maquettes du design Citroën. On relève, pêle-mêle, parmi ces concept-cars roulants sans motorisation : une Citela de 1991 (10 000-12 000 €), un coupé Xénia de 1980 (15 000-25 000 €), deux Eco 2000 de 1983 et de 1984 (3 000-7 000 € et 8 000-12 000 €), le futuriste Tubik de 2010, présenté au Salon de Francfort en 2011 (20 000-30 000 €) ou encore la C-Elysée WTCC de 2014, dont les sœurs motorisées ont raflé les victoires lors du Championnat du monde des voitures de tourisme en 2014 (18 000-25 000 €).

Exposition, samedi 9 décembre de 9h30 à 17h à 93600 Aulnay/Sous/Bois.
Vente publique exclusivement « on-line », dimanche 10 décembre à 14h00 sur: www.drouotlive.com.
Toutes les informations sur : www.leclere-mdv.com