Walter Owen Bentley : un nom plus qu’une marque

11 March 2019 - News d’Anciennes

Walter Owen Bentley : un nom plus qu’une marque

Tous les amateurs d’automobiles connaissent la marque Bentley, fondée il y a tout juste 100 ans. Mais ce qu’on sait peut-être moins c’est que son créateur, Walter Owen Bentley n’est pas lié qu’à cette marque ! C’est de lui qu’on vous parle aujourd’hui.

Une jeunesse dédiée aux automobiles
Walter Owen Bentley naît le 16 Septembre 1888. Il est le 9e enfant de la famille. Une famille londonienne aisée qui lui permet de recevoir une belle éducation. Il entre au Clifton College de Bristol en 1902 et en ressort trois ans plus tard pour démarrer un apprentissage qui le mènera vers son métier : ingénieur.

Cet apprentissage, il va le faire à la Great Northern Railway à Doncaster. Il y réalise en fait un rêve, celui de faire partie de l'équipe qui s'occupe d'une locomotive. Mais c'est surtout l'apprentissage du dessin industriel, de la fonderie métallique et de la fabrication de machines complexe qu'il va apprendre. Il restera pendant 5 ans dans cette société... avant que son ambition ne l'amène ailleurs.

Les motos, avant les autos
Walter Owen Bentley s'inscrit par la suite au King's College de Londres pour perfectionner ses bases en ingénierie. En parallèle, il se met à courir en moto. Il participe ainsi au Tourist Trophy sur l'Ile de Man au guidon d'une Rex en 1909 et devient même pilote officiel Indian l'année suivante !

En 1912 il fonde avec son frère Horace Millner la société Bentley & Bentley. Ce n'est pas encore de la construction d'autos qu'il s'agit mais de la vente d'autos françaises des DFP. Pas tellement de leurs performances, il commence à les préparer, notamment avec des pistons en aluminium et des arbres à cames retaillés. En 1913 et 1914 ces autos vont glaner quelques records du côté de Brooklands.

Cette expérience va se révéler utile pendant la guerre. Les moteurs d'avions ont besoin d'être perfectionnés et Walter Owen Bentley est envoyé auprès de Rolls Royce puis de Sunbeam qui vont adopter des pistons en aluminium.
Le jeune ingénieur va même prendre une autre dimension. Gwynnes fabrique le moteur français Clerget sous licence. Mais plutôt que de l'améliorer, Bentley va monter une équipe d'ingénieur, sous le commandement de l'armée et créer son propre moteur le Bentley Rotary 1 qui sera suivi en 1918 du BR2.

La naissance de Bentley Motors
Après guerre les frères Bentley, comme bien d'autres, trouvent dans l'automobile la parfaite porte de sortie pour leur industrie. Bentley Motors est fondée en 1919 et les deux frères s'entourent d'une belle équipe à Cricklewood, premier fief de la marque.

Trois prototypes sont créés cette année là avec un moteur 6 cylindres en ligne de 3 litres de cylindrée. XP1 roulera pour la première fois en Octobre. XP2 et XP3 suivront. C'est XP2 qui est de nos jours la plus ancienne Bentley existante et elle a été exposée à Rétromobile cette année.

Bentley Motors compte se faire connaître par la course. En 1922 une auto termine 13e des 500 Miles d'Indianapolis. L'année suivante quelques privés s'engagent aux 24h du Mans malgré le scepticisme de Walter Owen Bentley et l'année suivante une 3 litre l'emporte !
A partir de 1925 se construira la légende des Bentley Boys et on vous invite à la suivre en détail chez les collègues de Retromotiv Blog ici.

Mais Bentley n'est pas une entreprise florissante. Dès 1924, Woolf Barnato qui a fait fortune dans les diamants et qui est un client et un des pilotes de la firme en prend le contrôle.

Walter Owen Bentley est alors un "simple" employé de la marque et va créer la Speed Six qui va devenir une des autos de course renommée notamment grâce à ses victoires en 1929 et 1930 aux 24h du Mans.

Si les Blower ne rencontrent pas forcément le succès, c'est Barnato qui a voulu cette auto contre l'avis de Walter Owen Bentley, la 8 litres destinée aux très riches se vend à plus d'une centaines d'exemplaires. Cela ne suffit pas pour maintenir Bentley hors de l'eau. La crise 1929 fait mal et Barnato ne peut plus renflouer sans cesse la compagnie.

Le 10 Juillet 1931, la marque est mise en liquidation. Napier se montre intéressé pour reprendre Bentley Motors mais au dernier moment c'est Rolls Royce qui rachète son concurrent !

Walter Owen Bentley, placardisé par Rolls Royce
Son nom ne va en rien lui garantir une belle place dans la société qu'il a créé. Walter Owen Bentley est lié par contrat à son ancienne société pour laquelle il devra travailler entre Mai 1932 et Avril 1935.

L'ingénieur ne peut pourtant pas toucher au dessin des autos. Il a comme rôle principal la liaison entre l'usine et les clients. Mais il a aussi la chance de mener des essais à Brooklands ou de grands périples sur le continent qui peuvent le mener jusque dans les Alpes. Seules quelques discussions avec des fidèles lui permettent de donner son avis sur les nouvelles et futures autos.

L'époque Lagonda
En 1935, libéré de son contrat, il arrive chez Lagonda. La société qui vient de gagner les 24h du Mans est confiée à un administrateur. Walter Owen Bentley intègre le conseil d'administration et devient même directeur technique. Il n'est pas parti seul de chez Bentley puisqu'une bonne partie de l'équipe course l'a suivi.

Son premier gros chantier sera celui de mener la conception d'un nouveau V12 4.5 litres. Il sera monté dans la LG45, voiture la plus chère du salon de New York 1939 où elle est exposée. Néanmoins la petite équipe s'est déjà en partie dissoute en 1938, les difficultés de Lagonda ne s'étant pas arrangées.

Pendant la guerre Walter Owen Bentley reste chez Lagonda et travaille à l'armement de la Grande Bretagne. Mais il anticipe l'avenir et conçoit un 6 cylindres qui sera certainement mieux accepté après guerre que le V12.
Ce nouveau moteur à double arbre à came en tête de 2.6 litres de cylindrées pourra sortir 105 chevaux.

C'est ce moteur qui va être à l'origine de l'absorption de Lagonda par le groupe David Brown. Lagonda n'a plus les épaules, ni les allocations nécessaires d'acier pour continuer à exister. Par contre David Brown peut les obtenir. Plus que Lagonda, c'est Walter Owen Bentley que ce dernier veut attirer, avec son moteur.

L'ère Aston Martin
David Brown ne possède pas qu'une marque de tracteurs. En 1947 il a racheté Aston Martin. Le 6 cylindres va vite se retrouver sous le capot de la DB2. En fait il va même motoriser les autos de la marque jusqu'à l'arrivée du nouveau 6 cylindres conçu par Tadek Marek (on parle de lui par ici).

Toutes les autos de route comme de course vont recevoir ce moteur qui reste le moteur Lagonda. Il sera par ailleurs modifié pour obtenir 3 litres de cylindrée et servira de base au moteur des DBR1. Quand celle-ci gagne les 24h du Mans en 1959, Walter Owen Bentley vit ses dernières heures chez Aston Martin.

Le dernier moteur de Walter Owen Bentley
En 1959 il entre chez Armstrong Siddeley. Là il va dessiner un nouveau 6 cylindres en ligne de 3 litres à double arbre à cames en tête. Un moteur qui devait équiper la nouvelle Sapphire. Mais finalement le moteur est jugé trop cher et ne sera pas produit. En 1960 la marque sera absorbée par Bristol, uniquement intéressé par les activités aéronautiques, et arrêtera la fabrication d'automobiles.

Walter Owen Bentley et le Bentley Driver's Club
Walter Owen Bentley prend sa retraite avec cette dernière aventure. Il va cependant rester en contact avec les automobiles puisque Woolf Barnato a fait de lui le président du Bentley Driver's Club en 1947.

Il occupera cette présidence jusqu'à sa mort le 13 Août 1971.

 

Sell Your Car