Peugeot 504 « retrofitée » : reportage vidéo

29 апреля 2021 - caradisiac

Peugeot 504 « retrofitée » : reportage vidéo

Garder la robe, moderniser la motorisation : c’est en résumé la définition du rétrofit. Il s’agit de convertir d’anciens véhicules thermiques en retirant le moteur d’origine et en permettant à l’auto de continuer à se mouvoir grâce à un bloc électrique.

Les premiers acteurs du marché commencent à se faire connaître, dont le français Retrofuture Electric Vehicles, ou plus simplement « REV ».

Nous vous avons déjà parlé de cette société qui a apporté cette transformation sur une Peugeot 504. Le choix du véhicule n’est pas innocent, puisqu’il permet de faire un clin d’œil au concept e-legend de Peugeot. Ce dernier que beaucoup ont attendu devait revisiter ce glorieux passé en mode électrique. Mais finalement, l’idée restera bien à l’état de concept.

Or, cette Peugeot 504 de 1971 n’est pas un concept elle. Nous vous proposons ainsi aujourd’hui de la découvrir en vidéo dans les rues de Paris. C’est Thibaut Vercken qui nous la fait découvrir. Collectionneur et entrepreneur, il a pris part à cette aventure. Lui-même bercé au son du moteur d’un 504 dans sa jeunesse, il reconnaît un lien particulier avec ce véhicule, dont la ligne du coupé est due à Pininfarina.

Alors pourquoi un collectionneur irait retirer la mécanique d’origine d’une voiture ancienne ? Pour Thibaut, le leitmotiv est justement de « pouvoir rouler avec style, tous les jours ». « Avec une voiture retrofitée vous êtes éligible à la vignette Crit’Air 0 (…) C’est vraiment un véhicule que vous pouvez utiliser au quotidien pour aller au travail, le week-end pour aller se promener » et d’ajouter que fuites d’huile, surchauffe moteur et temps de préchauffage ne sont plus que de lointains souvenirs.

Ainsi transformée, la Peugeot 504 embarque une batterie de 31,8 kWh pour une autonomie annoncée de 165km, et une vitesse maximum de 150 km/h. Les candidats au changement devront débourser 20 000€ (hors véhicule). Un prix élevé, mais pour lequel Thibaut avance que « plus vous roulez, moins cela vous coûte cher ». À cela s’ajoute plusieurs aides dont des primes à la conversion, une prime bonus véhicules d’occasion, des primes locales, ou une surprime si on habite en ZFE.

Certains propriétaires auront envie de franchir de pas, d’autres pas. Tout dépend de ce qui fait le bonheur de ces anciennes autos. Mais la prochaine fois que vous croisez un véhicule « youngtimer » au feu rouge, tendez l’oreille : il vous réservera peut-être une surprise lors du passage au vert.