Fin du moteur thermique en 2035 : quid des ancêtres ?

il y a 5 mois, 3 semaines - 15 Juin 2022, gocar
Fin du moteur thermique en 2035 : quid des ancêtres ?
Actée par le Parlement européen mercredi 8 juin 2022, la fin du moteur thermique inquiète les possesseurs de voitures anciennes. Pourront-ils encore sortir leurs bijoux ?

Le salon dédié aux voitures anciennes Rétro-Mobile se tenait ce week-end sur le site de l’Abbaye de Villers-La-Ville. Si le beau temps était au rendez-vous, les participants n’ont pas caché leur inquiétude comme l’a montré un reportage de la RTBF. En effet, les propriétaires d’ancêtres et de youngtimers se demandent s’ils pourront encore utiliser leur voiture de collection au-delà de 2035, date à laquelle les autorités européennes ont décidé d’interdire la vente de moteurs thermiques.

Bien entendu, le texte ne concerne à l’heure actuelle que les voitures particulières et les utilitaires légers (pas encore les camions donc en raison d’une offre d’alternatives électriques plus que balbutiante) et jusqu’ici, il ne s’agit que de la vente des voitures neuves qui est concernée par cette interdiction, mais pas celles qui sont encore en circulation à cette échéance. Ce qui signifie donc que les intéressés pourront continuer à utiliser leur voiture à combustion.

Et après ?
La question qui se pose toutefois, c’est de savoir quelle sera la position des autorités adopteront par la suite, car on sait que leur dessin est d’éliminer toutes les voitures thermiques à l’horizon 2050. Les autorités tablent en effet sur un temps de renouvellement de 15 ans pour une voiture, ce qui signifie que le parc thermique s’éteindra de lui-même. On imagine que la situation ne sera pas identique à celle d’aujourd’hui, car les villes et régions introduiront très probablement de plus en plus de restrictions de circulation, notamment par le biais de zones de basses émissions (LEZ) de plus en plus larges et chères d’accès.

On peut légitimement se demander ce qu’il adviendra des voitures de collection qui restent nombreuses et dont les cotes sur le marché se sont envolées ces dernières années. Pourront-elles encore rouler ? Dans un premier temps, certainement. C’est ensuite qu’il faudra voir la posture adoptée par les autorités. Et la question viendra peut-être des Régions et pas nécessairement de l’Europe. En effet, Bruxelles a prévu de sortir du thermique entre 2030 et 2035 tandis que la Flandre a prévu de le faire dès 2029 et aucun des gouvernements n’a pas encore statué sur le sort des ancêtres.

En tant qu’objet de collection, on imagine que celles-ci pourront toujours être utilisées, mais il y aura sans doute de plus en plus de règles contraignantes. On pourrait par exemple imaginer un kilométrage annuel autorisé, voire un péage au kilomètre pour chaque sortie, ce qui constituerait évidemment un coup dur pour les possesseurs de voitures anciennes.

Pour l’heure, les choses ne sont donc pas encore claires et on espère que les autorités se pencheront rapidement sur la question pour lever les doutes des amateurs, propriétaires et de ceux qui envisagent de passer à l’achat d’une voiture de collection. L’Europe a bien fait une exception pour les voitures de luxe produites à moins de 1.000 exemplaires par an. Il serait légitime qu’elle exempte aussi les oldtimers qui constituent des morceaux d’histoire. Mais rien n’est moins sûr…

Support Ukraine